Tu Aspires À Devenir Entrepreneur ? Voici 20 Principes De Base À Assimiler.


Salut à toi !

Tu penses à lancer ta première Startup mais tu ne sais pas exactement par quoi commencé et comment t’y prendre ?

J’ai moi-même été dans cette situation et je rencontre chaque jour de plus en plus de personnes dans cette situation. Comme toi et moi. J’ai donc décidé de rassembler tout ce que j’ai appris par ma propre expérience d’entrepreneur et de le partager avec toi.

De manière simple, ce que je m’apprête à te faire découvrir résulte de :

  • Plus de 200 conseils d’entrepreneurs qui ont réussi dans autant de domaines que le SaaS (Software As A Service), différents type de plateformes, les applications mobiles, etc.
  • Plus de 600 heures passées à étudier de nombreux sujets théoriques sur l’entrepreneuriat sur des plateformes d’éducation, des vidéos, des blogs, des articles, des podcasts, etc.
  • Plus de 12000 heures de pratique entrepreneuriale, au cours desquelles j’ai lancé de nombreux projets de Startup, développer des produits et services, acquis de la clientèle et générer des revenus substantiels.

En combinant toutes ces expériences, j’ai établi une liste de 20 principes de base que je recommanderais à toute personne ayant l’ambition de lancer une Startup.

J’espère sincèrement que cela te sera utile et que tu pourras l’utiliser pour lancer autant, sinon, plus de projets encore que moi.


L’IDÉE

“Ta SOLUTION ne résout en rien mon PROBLÈME.”

1. Premièrement, il te faut trouver un problème à résoudre, l’idée viendra en deuxième et ta Startup en troisième position seulement. Le pire chemin vers l’entrepreneuriat, c’est de tenter de créer une Startup, en recherchant des idées et seulement après de penser à quels genre de problème cela pourrait résoudre (parce que tu aurais lu quelque part qu’il est important de résoudre des problèmes lorsque l’on crée une Startup). Au contraire, ce que tu devrais faire est à l’exact opposé de cette logique : ton point de départ en tout projet devrait être un problème que tu as identifié et que tu voudrais résoudre. Ce qu’il est encore plus intelligent de faire, c’est de traiter un problème que tu rencontres toi-même. Ce problème pourrait couvrir des sujets aussi simples que le fait de garer ta voiture, trouver un médecin en situation d’urgence, louer un appartement, apprendre une nouvelle langue, trouver un nouveau travail, etc. Tu peux aussi t’intéresser à des problématiques d’envergure tels que nourrir les populations de ton pays, éduquer les jeunes générations, réinsérer socialement des millions de réfugiés, etc. Si tu n’as aucun problème ou si tu n’en vois pas (que la paix soit avec toi !), observe un peu autour de toi, voyage, rencontre des gens et discute avec eux des problèmes qui minent leurs vies au quotidien, étudie ta newsfeed sur Facebook et tu te rendras vite compte qu’il y a des opportunités partout.

2. Travaille sur quelque chose qui a du sens pour toi. Généralement, les jeunes entrepreneurs passent à côté de cette vérité de prime abord parce qu’ils sont enthousiastes à l’idée de lancer une Startup, ce qui les excite (et c’est une bonne chose !). Quelque soit la problématique que ta Startup résout, ce devrait toujours être une chose que tu aimerais faire, un sujet qui te tient à cœur et qui te passionne, un sujet sur lequel tu aimes travailler ou apprendre. Comme tu le sais, créer une entreprise requiert une résilience extrême. Seule un profond et véritable engagement te permettra d’y parvenir. Un exercice excellent auquel tu pourrais te soumettre est de t’imaginer, travaillant sur le problème que tu te proposes de résoudre durant les cinq prochaines années (puisque, au final, c’est bien de cela dont il est question), et de voir si tu en es toujours enthousiaste.

3. Focalise-toi sur ton audience. Durant ces derniers mois, j’ai joué à un jeu : pitcher des idées d’entreprises valant des millions de dollar et qui existent déjà, en prenant soins de ne mentionner aucune donnée chiffrée, aucune donnée sur les utilisateurs ou sur la valorisation de ces entreprises — juste les idées de base, comme si elles m’appartenaient, tout en agissant comme si j’allais lancer ces entreprises. Imagines un peu ce qui s’est produit… des résultats complètement aléatoires. À certains moments, j’ai été repoussé, parfois, je n’ai eu droit qu’au scepticisme de mes interlocuteurs et parfois, certains ont même adopté ces idées. Mais que faut-il apprendre de cela ? Et bien, une chose très simple et très importante en même temps : parler aléatoirement d’un sujet ou d’un projet à une audience choisie de façon aléatoire ne te conduira nulle part. Cela te perdra, et très vite ! Si tu as besoin d’un avis d’utilisateur pour ton produit ou service, tu devrais impérativement te concentrer sur ta véritable audience. En faisant cela, tu auras la chance de découvrir qui ils sont, ce qu’ils pensent, ce qu’ils font, et, plus important encore, quels sont leurs problèmes. Une fois que cela est fait, discuter avec des experts, des investisseurs et d’autres entrepreneurs de ton industrie sera également LA bonne chose à faire.

4. Opportunité d’affaires VS Résolution d’un problème. Nous avons déjà suffisamment parler de la résolution de problème. Mais là, je te vois venir : 100% des Startups à succès n’ont pas réellement résolu un vrai problème. Cela est parfaitement vrai. Par exemple, Trainline n’a jamais rien résolu. Ils se sont simplement positionnés sur une énorme opportunité de marché sur lequel la satisfaction du client avec la SNCF était si basse que les utilisateurs ont été tout simplement heureux de pouvoir utiliser un autre produit. C’est exactement et pratiquement la même chose pour la plupart des nouvelles grandes marques du Numérique, en France, comme partout ailleurs dans le monde. Donnons des exemples : Le Slip Français, Merci Handy, Tediber, ou encore, en Afrique, Jumia ou Konga. Je te le répète, en soit, ils n’ont résolu aucun problème particulier mais toutes ces Startups sont, au final, des entreprises à succès, leaders dans leurs domaines respectifs. La raison pour laquelle il est très courant et préférable d’adopter cette approche de création par la résolution de problèmes réels est simple : cette logique réduit considérablement la probabilité, pour toi, de construire quelque chose dont personne n’a besoin. Ainsi donc, c’est une bonne chose de rechercher des opportunités de marché mais garde en tête le fait que si tu ne résous aucun problème, alors il est très probable que personne ne s’intéresse à la solution que tu proposeras. Concentre toi sur un problème et, ce faisant, offre à ton audience la plus forte proposition de valeur qu’il te sera possible de leur apporter.

5. Pose-toi cette question : “Pourquoi maintenant ?”. Si une chose te semble évidente mais qu’elle n’existe pas alors il y a 99% de chance qu’il y ait des explications à cela mais tu ne les connais pas encore. Heureusement, il y a aussi 1% de chance que ce soit parce que quelque chose s’est récemment passée. Et, de fait, cela fait de ce moment là le meilleur pour lancer ta Startup. Il se pourrait qu’il s’agisse de la naissance d’une nouvelle technologie, la promulgation d’une nouvelle loi, la transformation d’une industrie, des coûts qui baissent dans un domaine donné, etc. Aussi difficile que cela pourrait te paraître, essaies de comprendre pourquoi ta solution n’est pas apparue plus tôt mais, plus important encore, trouve l’information capitale ; celle qui te permettra d’y croire (sans être naïf) et de te convaincre que c’est le bon moment et que cela marchera. Voici (en anglais) quelques “Pourquoi maintenant ?” d’entreprises fabuleuses telles que YouTube, Twitter, Dropbox ou Uber.


LE PRODUIT

“Si ton produit n’est pas parfait, rien d’autre ne te sauvera.”

6. L’amour est source de croissance exponentielle. Amener tes utilisateurs à aimer ton produit, voilà ta mission. C’est le seul moyen d’obtenir une croissance organique et exponentielle. La mauvaise nouvelle ? Créer un produit pour lequel des personnes seraient prêtes à se damner est une chose très difficile. C’est tellement difficile qu’en fait, cela constitue l’une des principales raisons qui font échouer des Startups. Une bonne méthode pour approcher ce défie est de raisonner ainsi : “Tu choisiras de créer un produit dont un nombre réduit de personnes est amoureux plutôt qu’un produit qui est tout juste apprécié, mais, par un grand nombre de personnes”. En d’autres termes, et, pour être claire, c’est déjà tellement difficile qu’il est naturellement plus intelligent de te focaliser sur une cible bien spécifiée et sur la capacité de ton produit à répondre à un besoin bien spécifique. À partir de là, il sera plus facile de passer à l’échelle supérieure : de nouvelles fonctionnalités, de nouvelles cibles, de nouveaux usages, etc. Si tu réussis à faire en sorte que tes utilisateurs soient amoureux de ton produit, la croissance viendra, même par du simple bouche à oreille. Pense un peu aux dernières applications ou aux derniers services que tu as essayé. Les as-tu tous recommandé à ton entourage ? Non. Seuls ceux que tu as réellement aimé, les quelques-un qui résolvaient un problème tellement important pour toi que tu n’as pu t’empêcher d’en parler autour de toi. C’est cette attitude que tu as eu face à un produit bien fait que tu devras déclencher chez tes clients.

7. Commence avec la version la plus simple possible de ton produit. Ce n’est pas parce que le problème que tu résous est complexe que ton produit devrait aussi l’être. Il est en fait plus facile de créer un produit magnifique si tu commences par quelque chose de simple : cela te mettra dans le bon schéma mental et te forcera à le rendre extrêmement parfait. Pense à Google, Uber, Snapchat ou Tinder. Ce sont des plateformes incroyablement facile d’utilisation. Cela paraît plus évident et naturel pour des produits et services de consommation de masse. Mais c’est aussi une logique vitale pour des produits du SaaS par exemple.

8. Adopte une logique pertinente pour améliorer ton produit. Comme nous le disions plus haut, créer un produit de qualité est très difficile. Cependant, son amélioration, au jour-le-jour, devrait être ton ultime objectif. Comment ? Une chose est certaine : tu ne te baseras jamais sur tes propres sentiments ou sur tes intuitions du moment. Tout changement que tu apporteras devra se baser sur le feedback de tes utilisateurs et être mesuré par un Indicateur Clé de Performance (ICP ou KPI, en anglais). En d’autres termes, la boucles d’itération que tu adopteras sera la suivante : 1. Collecter du feedback : appelle tes utilisateurs un par un, demande à des personnes d’utiliser ton produit devant toi, enregistre des sessions d’utilisation en live avec Hotjar ; 2. Utilise ces feedback pour prendre des décisions d’amélioration ; 3. Évalue de nouveau l’impact de tes actions à travers des Indicateurs Clés de Performances (ICP ou KPIs, en anglais) spécifiés, avec des outils tels que Google Analytics ou Mixpanel. Plus rapide sera ton itération sur cette boucle, plus l’amélioration de ton produit sera meilleure.

9. Ne mets aucun intermédiaire entre tes utilisateurs et toi. Quelque soit l’activité de ta Startup, tu devrais toujours commencer en réalisant toutes les activités de prise de contact avec tes utilisateurs par toi-même. Cela reste vrai, qu’il s’agisse de la vente ou du support client, etc. Comme nous l’avons dit, améliorer ton produit est un élément clé et il n’y a aucun autre moyen d’obtenir du bon feedback qu’en discutant directement avec tes clients. En outre, cela te rendra meilleur lorsque le moment de faire des passages à l’échelle arrivera, lorsqu’il faudra recruter et commencer à déléguer des activités.

10. Ne pas craindre la concurrence. Comprendre l’écosystème dans lequel tu opères est essentiel. Cependant, tu ne devrais absolument porter aucune attention aux publications (presse), aux événements de lancement, aux interviews, aux prix ou encore aux levées de fonds de tes concurrents. Pourquoi ? Premièrement, parce que 99% des Startups échouent parce qu’elles n’ont pas un bon produit et non à cause de la compétition. Deuxièmement, parce que plus tu te laisse obséder par la concurrence, plus ton produit aura des chances de ressembler à ceux de tout les autres. Troisièmement, simplement parce que toutes ces informations ne sont en rien une garantie de réussite. Voici LA règle de base à ce sujet : comprends ton écosystème, concentre toi sur ton produit, ne perds pas ta créativité et ton énergie en te focalisant sur les autres.


L’ÉQUIPE

“Ton projet peu changer, les gens en revanche resteront les mêmes.”

11. Trouve TA réponse à la question “Pourquoi moi ?”. Avant de parler de l’équipe en soit, concentrons-nous un instant sur TOI. Après des années d’entrepreneuriat, je commence à penser qu’il ne nous est pas possible de créer tout les types d’entreprises que nous voudrions. J’ai réalisé cela le jour où un ami m’a posé cette question : “Que serait Facebook entre les mains de Jeff Bezos et Amazon entre celles de Mark Zuckerberg ?”. J’ai littéralement éclaté de rire. En même temps, j’ai réalisé qu’aucune de ces entreprises n’auraient jamais existé, prises dans cette perspective. Le créateur devrait toujours être l’incarnation de l’entreprise. La question à se poser ici devient évidente : “Qu’as-tu de particulier en termes d’état d’esprit et de culture qui fait de TOI la bonne personne pour mener à bien le projet que tu portes avec toutes les spécificités qui lui sont inhérentes ?”.

12. Ton objectif devrait se limiter entre 2 et 3 cofondateurs. “Combien de cofondateurs ?” est une question récurrente pour les primaux entrepreneurs. Malheureusement, il n’existe pas de réponse absolue à cette question. Des données de Y Combinator, un des plus importants incubateurs au monde, qui a financé plus de 1600 Startups, montrent que 2 ou 3 cofondateurs est statistiquement la meilleure formule pour réussir. À 4, cela marche aussi quelques fois. À 5, c’est carrément terrible. 1 fondateur, ce n’est pas le top mais c’est quand-même mieux que le fait d’avoir de mauvais associés. Encore une fois, il n’y a pas des règle absolue sur ce sujet, mais, au moins tu as désormais connaissance de données chiffrées sur ce point.

13. Tu ferais bien de connaître parfaitement tes cofondateurs. Lorsqu’on analyse les résultats de cofondateurs qui ne se connaissent pas l’un l’autre, la conclusion est toujours la même : la médiocrité, en tout point. Là aussi, attention, ce sont encore des informations purement statistiques. De fait, si tu t’interroge encore à ce sujet, voici une astuce : travaille de préférence avec un ami plutôt qu’avec une personne que tu aurais rencontré lors d’un speed dating de cofondateurs. Tes chances de réussite seront tout simplement plus grandes avec cette approche. Un autre point important : ne pas entretenir des relations saines avec tes cofondateurs est une des 3 principales causes d’échec. Partager les même valeurs, être alignés sur vos ambitions et prendre du bon temps ensemble est un bon point de départ.

14. Fais en sorte de ne recruter personne aussi longtemps que tu le peux. Cela semble un peu contre-intuitif parce que ce qui fait avancer un projet plus rapidement, c’est justement le fait d’avoir du personnel hautement qualifié. Cependant, il faut que tu gardes à l’esprit que le coût d’un mauvais recrutement est généralement si grand que cette seule mauvaise action pourrait détruire ta Startup alors qu’elle n’est qu’en early stage. L’erreur de recruter trop tôt est un piège. Tout le monde te posera en effet la même question : “Combien êtes-vous dans ta Startup ?”. Comme si le fait que vous soyez 10 ferait magiquement en sorte que ton entreprise fonctionne mieux qu’en étant 4. Ne t’y méprends surtout pas : avoir plus de monde ne signifie pas que tu es entrain d’avoir de la traction ou bien que tu es entrain de réussir. Le déclencheur du recrutement devrait être ce moment où tu te trouveras désespérément dans le besoin d’une personne pour faire quelque chose de bien précis.

15. Si tu recrutes, alors recrute, mais, dans les règles de l’art. Tes premiers employés définiront l’ADN et la culture de ton entreprise. Ainsi donc, l’adéquation du profil devrait être ta première préoccupation. Partant de là, un bon schéma pourrait être le suivant : recruter, en orienté-mission, des personnes qui délivrent ce pour quoi elles ont été recruté, et, particulièrement des personnes avec qui tu serais prêt à passer énormément de temps. Ici, aucun compromis. Je ne le répèterais pas assez : un mauvais recrutement pourrait te détruire, littéralement. En fait, le recrutement est probablement la seule chose sur laquelle tu devrais prendre tout ton temps, en tant qu’entrepreneur. Et, avant de faire le moindre geste de recrutement, tu devrais lire ce livre. Une autre approche intéressante due à Mark Zuckerberg : “ne recruter que des personnes à qui tu serais prêt à rendre des comptes”. Voilà de quoi te nourrir, en repensant à l’humilité dont tu devras faire preuve pour être un grand Chief Executive Officer.


L’EXÉCUTION

“Une exécution parfaite, voilà ce qui transforme une idée en une entreprise qui a de la valeur.”

De base, et, au jour-le-jour, une exécution parfaite repose sur deux questions clés : “Sais-tu ce qu’il faut faire ?” et “Peux-tu le faire ?”. La rapidité sera la première de tes préoccupations.

16. Les fondateurs sont la source d’une bonne exécution. Avant de traiter quoique ce soit au sujet de l’exécution, tu dois savoir qu’elle repose sur TOI. Si tu t’y prends mal, personne d’autre ne le fera bien. En tant que fondateur, tu as la responsabilité de positionner la barre de qualité le plus haut possible. Ce qui signifie que si l’entreprise se porte mal ou si elle évolue trop lentement, tu ne devrais pas essayer de pousser ton équipe à faire mieux. Travaille plutôt sur toi-même. En outre, il faut que tu conçoives “l’exécution” de la même manière que tu conçois tout autre activité, telle que le sport ou le fait de faire de la musique : à moins de posséder un don, tu ne seras jamais une machine à exécution au jour 1. Ceci dit, tu devras travailler très dure sur ton amélioration afin d’atteindre l’excellence.

17. Sais-tu ce qu’il faut faire ? Travailler dure et vite est une très bonne chose mais se concentrer sur des choses inutiles ne te conduira nulle part. Le but ultime c’est la CROISSANCE et tout ce que tu décides d’inclure dans ta To-Do-List devrait être orienté vers cet unique objectif. Rien d’autre. Demande-toi “cela ajoute-t-il de la valeur ?”. Si la réponse est non, ne le fais pas. Au début, il est très facile de bien le faire. “Ajouter de la valeur” ne signifie alors qu’une chose : obtenir plus de clients et améliorer ton produit. Ainsi donc, il te suffira de définir 2 à 3 priorités par jour et de te mettre au travail.

18. Es-tu capable de la faire ? Une fois que tu as défini tes priorités, les réaliser nécessitera de la concentration et de l’intensité. Être concentré signifie se couper de toute source de distraction. Avoir de l’intensité, c’est le fait de travailler dure. Si tu es bon à ce jeu, tu seras meilleur que beaucoup d’autres sur le long terme. Une bonne manière de te tester est d’analyser la répartition de ton temps après chaque journée de travail et d’en apprendre. Tu seras surpris de constater combien de temps tu économiseras avec une bonne organisation. Cela implique le fait de dire “non” quand il le faut, de désactiver toute sorte de notifications, de filtrer tes appels, etc. Tu trouveras beaucoup de lectures sur l’organisation personnelle. Tu peux aussi prendre un bon début grâce à ce fascinant podcast de Nouvelle École.

19. La rapidité sera la première de tes préoccupations. La première ressource que tu auras besoin de savoir gérer comme entrepreneur, c’est LE TEMPS. Pour cela, il te faudra trouver le bon équilibre entre une très grande rapidité et le fait de délivrer de la très grande qualité. Ici, le principe de Pareto du 80/20 est une bonne logique à adopter, c’est-à-dire, obtenir 80% des résultats en 20% du temps passé à travailler. Un autre secret consiste à travailler constamment à l’amélioration aussi bien de la vitesse que de la qualité puisque, au fil du temps, ce qui comptera ce seront tes résultats composés. Essais donc d’en faire 5% de plus et 1% en mieux chaque semaine. Cela ne semble pas énorme mais la différence en fin d’année sera énorme comparée à celle de tes concurrents.

20. Projet VS Startup. Fais en sorte de travailler en “mode projet” aussi longtemps que possible. Cela impactera directement ta capacité à te concentrer sur l’exécution. Pourquoi ? Tout simplement parce que si tu te présente en tant qu’entreprise, tu te mettra naturellement à agir comme si tu en avais une : programmation de réunions officielles, mise en place de processus rigides, penser à la comptabilité, rédiger des documents légaux, des contrats, etc. Cela te fera perdre ta concentration, qui devrait en fait être entièrement orienté vers le développement de ton produit et l’acquisition de clients. Si tu n’en est pas encore convaincu, j’espère que cet article te convaincra.

Un bonus : sois chanceux. Il est très difficile de l’admettre mais les données montrent que c’est une vérité. Si tu ne me crois pas, lis cet article du MIT Tech Review. Comment augmenter tes chances de succès ? Tu trouveras quelques réponses ici.

Pour terminer, et, en levant le regard vers l’Afrique, si belle et si riche de potentiel, je te laisserai avec cette pensée. Médite-la aussi longtemps et aussi fort que possible. Peut-être auras-tu alors une chance de COMPRENDRE pourquoi nous sommes ici.

Nous ne voyons pas le monde tel qu’il est mais tel que nous sommes. — Emmanuel Kant

Créer une première Startup est une décision qui nécessite du courage et qui donnera un nouveau sens à ta vie. Si tu penses que ces principes pourraient aider des aspirants entrepreneurs, merci de les partager.

Avec AMOUR. ❤️

Roland Ulrich

Je m’appelle Roland, j’ai 30 ans, j’ai collaboré pendant 5 ans avec un des plus grands fabricants de semi-conducteurs discrets et de composants passifs au monde. Je suis Ingénieur Électronicien et Informaticien pour les Industries. J’ai cofondé la Pilgrim’s Word Academy et je suis sur le point de lancer une entreprise dans le domaine des Énergies Renouvelables en Afrique. Mon activité quotidienne se concentre sur la technologie, la musique, le cinéma, le don et le partage de l’amour et la recherche du bonheur.


Modéré par : Webmestre Finnov

Autres actualités dans "Coups de projecteur"

[Vidéo] Retour sur la 3ème conférence des ministres francophones de l’enseignement supérieur IDNEUF 3 à Marrakech

Publié le 16 oct. 2018 - 17:14

À l’initiative du Royaume du Maroc, et avec le soutien de l’OIF et de l’AUF, la troisième conférence des ministres francophones de l’enseignement supérieur s'est tenue le 22 juin 2018 sur le thème du financement du numérique dans l’es (...)

Agriculture: introduire l'innovation pour plus de modernisation et productivité (Algérie)

Publié le 16 oct. 2018 - 17:04

ALGER-Mardi, 09 Octobre 2018 - ALGÉRIE PRESSE SERVICE Plusieurs experts ont souligné, mardi [9 octobre] à Alger, la nécessité d'introduire l'innovation et les aspects technologiques modernes à travers de nouveaux projets pour plus (...)

[Vidéo] RDC : Les femmes s'imposent à la tête des médias

Publié le 11 oct. 2018 - 10:25

Depuis quelques années, dans l'est de la République Démocratique du Congo, des femmes prennent la tête de chaînes de radio et de télévision. Zanem s’en réjouit et veut comprendre ce qui a changé dans les têtes - notamment des hommes (...)


  • Publié le 15 juil. 2018 - 11:59 GMT
    par Roland Ulrich Guissony|Réseau francophone de l'Innovation
    Vue 538 fois
 Economie collaborative
 Appel à projets
 Accélérateur
 Entrepreneuriat
 Formation
 Innovation
 Networking
 Porteur de projet
 Valorisation
 Technologies
 Numérique
 Information
 Francophonie
 Education
 Données ouvertes
 Lean Startup
  Hackers Academy
  Gabon
  Libreville
  Pilgrims Word Academy






Autres actualités


CGU - Contact - Conception & Réalisation : CIRIDD © 2015