Protection des obtentions végétales en Afrique : l’OAPI donne quitus à l’IRAD d’effectuer les examens DHS

  • par Pierre Amougou
  • /
  • 2022-10-04 15:03:03
  • /
  • Réseau francophone de l'Innovation
  • /
  • 247

En marge de l’atelier régional sur la production, protection et la commercialisation des obtentions végétales pour le développement du secteur semencier pour tous les États membres de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), les 15 et 16 septembre 2022 à Douala (littoral-Cameroun), un contrat d’accréditation de l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) en matière d’examen de Distinction, d’Homogénéité et de Stabilité (DHS) des variétés végétales a été paraphé avec l’institution panafricaine en charge de la propriété intellectuelle, l’OAPI.

Une initiative qui participe du renforcement de l’industrie semencière en Afrique, par une formulation des stratégies nationales de valorisation des nouvelles variétés végétales.

À l’occasion, les deux institutions partenaires étaient représentées par le Dr Noé Woin et Denis L. Bohoussou, directeurs généraux respectivement de l’IRAD et de l’OAPI.

En effet, pour se rendre compte de la compétence de l’Institut cheville ouvrière de l’État du Cameroun en matière de développement agricole à accomplir de manière efficiente la mission délicate et complexe des tests DHS, il y a eu plusieurs rencontres d’échanges et de concertation en salle des dirigeants de l’IRAD et de l’OAPI, ainsi que des descentes sur le terrain des experts de l’Office communautaire des variétés végétales (OCVV) et du Groupe d’études et de contrôle des variétés et des semences (GEVES) mobilisés par l’OAPI.

Des descentes qui ont permis aux experts du domaine de passer au peigne fin des parcelles d’évaluation des variétés telles que le maïs, le soja et le manioc du CRA IRAD-Mbalmayo.

Et dans l’objectif de renforcer davantage leurs capacités, des chercheurs de l’IRAD ont séjourné en France et en Hollande où ils ont été imprégnés de tous les aspects relatifs à la conduite des examens DHS (auprès du GEVES et de l’OCVV), dans le strict respect des normes de l’Union pour la protection des obtentions végétales (UPOV). Notamment, la réception du matériel végétal, la préparation et la notation des caractères, et la description de la nouvelle variété obtenue.

Il est à relever que la délivrance du Certificat d’obtention végétale (COV) à une nouvelle variété doit passer obligatoirement par un test DHS ou examen technique.

La convention paraphée à Douala par les deux structures atteste de la capacité et des compétences préalables de l’institut de Nkolbisson requises pour effectuer avec succès et certitude des tests DHS des variétés candidates à la protection des obtentions végétales.

C’est une preuve à suffire que le Dr Noé Woin (directeur de recherche) ne ménage aucun effort pour maintenir l’IRAD au rang des instituts de recherche dignes de ce nom dans le monde en général et en Afrique en particulier.  

 Agro-alimentaire
 Protection obtentions végétales
 Quitus de l'AOPI à l'IRAD
 industrie semencière

Modérateur

  • Dernière modération le 05/10/2022 - 12:12

    Auteur de la page

  • Pierre Amougou

    Chef Desk Étranger et Environnement au bihedo La Météo à Yaoundé (Cameroun)

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Agro-alimentaire
     Protection obtentions végétales
     Quitus de l'AOPI à l'IRAD
     industrie semencière