‘’Le Muskuwaari est facile à produire parce que cette variété de sorgho développée au nord-Cameroun par l’IRAD ne nécessite pas de fertilisants’’, se réjouit un producteur.

Dans une région confrontée aux longues et éreintantes saisons sèches comme le Grand-nord du Cameroun, le gouvernement, à travers l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD), ne ménage aucun effort pour mettre à la disposition des producteurs des variétés de cultures (annuelles ou pérennes) améliorées et à fort rendement.

Le sorgho de contre-saison, encore appelé Muskuwaari, fait visiblement partie de ces variétés appréciées des producteurs.

Sali Lawal, producteur du Muskuwaari à Bibémiré (nord-Cameroun) vante ici une des qualités que présente cette variété de céréale cultivée uniquement pendant la saison sèche.

«Je préfère la culture du Muskuwaari parce qu’elle présente beaucoup de facilités pour nous qui n’avons pas assez de moyens pour s’acheter les fertilisants (le Roundup…) et faire face aux caprices de la pluie auxquels le sorgho pluvial expose le petit paysan. Le sorgho de contre-saison n’a pas besoin d’engrais.

Après la pépinière, vous repiquez et le tour est joué. Il ne vous reste qu’à faire le désherbage. Ma petite récolte est essentiellement destinée à l’autoconsommation. Notamment, la boule ou le couscous et la bouillie.

Mais, dans une perspective d’accroître la production Muskuwaari, nous demandons à l’État de nous appuyer pour avoir des herbicides. Parce qu’en saison sèche, le désherbage est très pénible.

Nous avons également besoin des tracteurs pour labourer dès les premières pluies afin de faciliter la pénétration de l’eau dans les sols argileux. Ce qui garantit une meilleure productivité», affirme le sexagénaire M. Sali.

En rappel, le sorgho de contre-saison (Muskuwaari) dont il est question ici se met en place (avec les pépinières) en août, le repiquage est effectué en septembre-octobre voire novembre, en fonction des localités et de la pluviométrie.

D’après les chercheurs de l’IRAD que dirige Dr Noé Woin, la plante évolue (sur les vestisols ou sols argileux) toute la saison sèche, grâce à l’humidité du sol libérée par la forte quantité d’eau stockée pendant la saison pluvieuse. La récolte se fait généralement fin février-mars.

En plus des écotypes locaux trouvés ici et là, les 10 variétés développées au Cameroun par l’IRAD sont : l’Adjagamari, le Bourgouri, le Madjéri crossé, le Madjéri non crossé, le Mandoueri, le Saf 40 crossé, le Saf 40 non crossé, le Soukatari, le Soulkeiri et le Tchangalari.


Modéré par : Redaction FINNOV

Autres actualités dans "Coups de projecteur"

Découvrez la Cartographie de l'évaluation environnementale et sociale dans la Francophonie

Publié le 18 sept. 2019 - 15:25

L’OIF, par le biais de son organe subsidiaire, l’Institut de la Francophonie pour le développement durable, a élaboré une cartographie analytique des profils et dispositifs de sauvegarde environnementale et sociale dans la Francophoni (...)

La fondation Orange propose un MOOC sur l'art et la création numérique

Publié le 18 sept. 2019 - 13:51

Quels que soient votre âge, votre équipement informatique, votre utilisation d'Internet, vos connaissances préalables ... vous êtes les bienvenus sur le MOOC l’Art et la création numérique. Pour apprendre avec nous, il suffit d’être (...)

Lancement de la série de 4 formations gratuites en environnement et en développement durable

Publié le 09 sept. 2019 - 16:02

L'Institut de la Francophonie pour le développement durable et l'Université Senghor ont mis en place une série de quatre formations en ligne dans le cadre du programme « Maîtrise des outils de gestion de l’environnement pour le dévelo (...)


  • Publié le 29 mars 2019 - 11:13 GMT
    par Pierre Amougou|Réseau francophone de l'Innovation
    Vue 558 fois
 Agro-alimentaire
 sorgho de contre-saison
  Muskuwaari
  agriculture
  nord-Cameroun
  céréale






Autres actualités


CGU - Contact - Conception & Réalisation : CIRIDD © 2015