L’Institut africain d’informatique sort 37 Pygmées de l’illettrisme numérique au Cameroun

Appelés Baka, des Pygmées de la localité d’Assok, dans l’arrondissement de Mintom (sud-Cameroun) ont été formés à la maîtrise de l’outil informatique, en mars 2019.  

Une formation aux technologies de l’information et de la communication (TIC) gracieusement accordée par l’Institut africain d’informatique (IAI), représentation du Cameroun, sous l’égide d’Armand Claude Abanda.

En effet, les lauréats de la promotion parrainée par Carine Bita ont été initiés à l’utilisation de l’ordinateur et de ses logiciels les plus usuels tels que Microsoft Word, Excel et Internet. Sans oublier l’initiation à entrepreneuriat. Dans le cadre de l’opération un Million de jeunes, d’enfants et de femmes (MIJEF) à l’horizon 2035.

Une initiative inédite qui a été fortement exaltée par le peuple Baka ainsi que les populations riveraines.

«Nous pensons que cette incursion bien que brève dans le monde du numérique du peuple Baka leur permettra de voir les opportunités qui s’offrent à eux et servira de catalyseur pour la jeunesse de ce peuple autochtone qui, malgré tout, sort peu à peu de la non scolarisation», a déclaré un notable riverain. Avant de conclure : «L’IAI-Cameroun est un partenaire sur qui le gouvernement doit compter pour la croisade contre la réduction du fossé numérique entre les différentes couches de population au Cameroun».

 Il y a quelque temps, suite à un partenariat noué avec la mairie de Messok (est-Cameroun), une trentaine de Pygmées a été formée à la maîtrise de l’outil informatique par l’IAI-Cameroun. Et quatre de ce peuple autochtone ont été formés comme formateurs afin de continuer à imprégner les autres aux Tic. Une façon pour le Centre d’excellence technologique Paul Biya de perpétuer l’initiative à la prunelle des yeux de la Première dame du Cameroun, Chantal Biya.

Pour mémoire, des études anthropologiques font état de l’existence de trois groupes ethniques pygmées au Cameroun, à savoir : les Baka, dans la région de l’Est et du Sud. D’après cette étude, il s’agit du groupe le plus important qui rassemble environ 40 000 individus. Les Bakola et les Bagyéli, dans la localité de l’Océan (région du Sud), forment environ 3 000 âmes. Et les Medzam dans la plaine Tikar (région du Centre) avec 1 000 personnes environ.


Modéré par : Redaction FINNOV

Autres actualités dans "Information"

Restauration de la mangrove sur le littorale de Boffa en République de Guinée

Publié le 07 nov. 2019 - 22:53

Le Réseau National de la Société Civile pour l’Environnement et le Développement Durable (ReNaSCEDD) avec l’appui de l’entreprise française Reforest’Action a planté 20 000 palétuviers dans les villages côtiers de la Commune rurale (...)

KUFANYA incubateur pour entrepreneurs migrants en Tunisie

Publié le 04 nov. 2019 - 08:39

ABL * KUFANYA INCUBATEUR Bonne nouvelle !Nous vous annonçons officiellement l'accord? entre l'OIM Tunisie - IOM Tunisia - et l'African Business Leaders relatif à l’exécution du projet " d'incubateur social pour entrepreneur migrant (...)

507 ingénieurs de travaux informatiques formés par l’IAI-Cameroun sur le marché du travail

Publié le 25 oct. 2019 - 22:44

Ces ingénieurs des travaux informatiques ont reçu leurs parchemins, le 25 octobre 2019 à Yaoundé. C’était au cours de la solennité de rentrée académique solennelle 2019-2020, placée sous le thème : «Intégration nationale et multicultu (...)


  • Publié le 02 avril 2019 - 22:04 GMT
    par Pierre Amougou|Réseau francophone de l'Innovation
    Vue 486 fois
 TIC
 Tic
  Pygmées
  peuple autochtone
  formation
  informatique
  IAI-Cameroun
 diversité culturelle






Autres actualités


CGU - Contact - Conception & Réalisation : CIRIDD © 2015