Innovation : un Camerounais invente des machines à transformation des denrées alimentaires

Gustave Honoré Tanga, promoteur des Établissements Tanga Conception à Yaoundé (capitale du Cameroun), a mis à la disposition des populations, diverses machines : à écraser les feuilles de manioc ; à extraire le beurre de cacao, les jus naturels de mangue, d’orange, de citron, de goyave, d’ananas… et à la transformation du soja en viande.

En fonction du gabarit et volume, les prix de ces machines sur le marché depuis plus d’une dizaine d’années varient entre 200.000, 300.000 et 500.000 francs Cfa respectivement pour le petit, moyen et grand modèles.

Selon l’innovateur qui a fait protéger son invention auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi), ces appareils présentent de nombreux avantages (économique, environnemental et sanitaire) pour les utilisateurs.

C’est le matériel de récupération (l’aluminium et l’inox inoxydable) qui constitue l’essentiel de la matière première requise pour la fabrication de ces machines d’une originalité et qualité technique avérées.

Pour leur fonctionnement, les appareils de Gustave Honoré Tanga sont dotés des systèmes hydraulique et à pression.

En attendant d’élargir son éventail de production, la modeste structure du jeune innovateur camerounais basée au quartier Damase (Yaoundé) fabrique et commercialise ses machines sur commande.

Très entreprenant, M. Tanga est depuis quelques temps dans une phase d’expérimentation  du marketing (distribution et vente) de ces appareils atypiques dans certains pays de la zone Cemac tels que le Gabon et le Congo.

Pour partager sa riche expérience dans ce secteur innovateur, le trentenaire qui soutient que «l’émergence c’est possible, mais il faut se mettre au travail dès maintenant» entend ouvrir un centre de formation des jeunes.

Pour développer son activité pourvoyeuse d’emplois et accroître le rythme de production, le jeune camerounais en lice pour la 4ème édition du Prix de l’innovation pour l’Afrique 2014, lancé par la Fondation de l’innovation africaine (Aif) sollicite le soutien des pouvoirs publics et des partenaires au développement.

C’est l’exemple d’une jeunesse qui, à partir d’une idée bien mûrie, apporte des solutions  simples et durables face aux difficultés locales auxquelles les populations sont en proie. 


Modéré par : Vincent Jay

Autres actualités dans "Information"

Restauration de la mangrove sur le littorale de Boffa en République de Guinée

Publié le 07 nov. 2019 - 22:53

Le Réseau National de la Société Civile pour l’Environnement et le Développement Durable (ReNaSCEDD) avec l’appui de l’entreprise française Reforest’Action a planté 20 000 palétuviers dans les villages côtiers de la Commune rurale (...)

KUFANYA incubateur pour entrepreneurs migrants en Tunisie

Publié le 04 nov. 2019 - 08:39

ABL * KUFANYA INCUBATEUR Bonne nouvelle !Nous vous annonçons officiellement l'accord? entre l'OIM Tunisie - IOM Tunisia - et l'African Business Leaders relatif à l’exécution du projet " d'incubateur social pour entrepreneur migrant (...)

507 ingénieurs de travaux informatiques formés par l’IAI-Cameroun sur le marché du travail

Publié le 25 oct. 2019 - 22:44

Ces ingénieurs des travaux informatiques ont reçu leurs parchemins, le 25 octobre 2019 à Yaoundé. C’était au cours de la solennité de rentrée académique solennelle 2019-2020, placée sous le thème : «Intégration nationale et multicultu (...)


  • Publié le 25 août 2014 - 08:22 GMT
    par Pierre Amougou|Réseau francophone de l'Innovation
    Vue 5876 fois






Autres actualités


CGU - Contact - Conception & Réalisation : CIRIDD © 2015