Innovation : un Camerounais invente des machines à transformation des denrées alimentaires

Gustave Honoré Tanga, promoteur des Établissements Tanga Conception à Yaoundé (capitale du Cameroun), a mis à la disposition des populations, diverses machines : à écraser les feuilles de manioc ; à extraire le beurre de cacao, les jus naturels de mangue, d’orange, de citron, de goyave, d’ananas… et à la transformation du soja en viande.

En fonction du gabarit et volume, les prix de ces machines sur le marché depuis plus d’une dizaine d’années varient entre 200.000, 300.000 et 500.000 francs Cfa respectivement pour le petit, moyen et grand modèles.

Selon l’innovateur qui a fait protéger son invention auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi), ces appareils présentent de nombreux avantages (économique, environnemental et sanitaire) pour les utilisateurs.

C’est le matériel de récupération (l’aluminium et l’inox inoxydable) qui constitue l’essentiel de la matière première requise pour la fabrication de ces machines d’une originalité et qualité technique avérées.

Pour leur fonctionnement, les appareils de Gustave Honoré Tanga sont dotés des systèmes hydraulique et à pression.

En attendant d’élargir son éventail de production, la modeste structure du jeune innovateur camerounais basée au quartier Damase (Yaoundé) fabrique et commercialise ses machines sur commande.

Très entreprenant, M. Tanga est depuis quelques temps dans une phase d’expérimentation  du marketing (distribution et vente) de ces appareils atypiques dans certains pays de la zone Cemac tels que le Gabon et le Congo.

Pour partager sa riche expérience dans ce secteur innovateur, le trentenaire qui soutient que «l’émergence c’est possible, mais il faut se mettre au travail dès maintenant» entend ouvrir un centre de formation des jeunes.

Pour développer son activité pourvoyeuse d’emplois et accroître le rythme de production, le jeune camerounais en lice pour la 4ème édition du Prix de l’innovation pour l’Afrique 2014, lancé par la Fondation de l’innovation africaine (Aif) sollicite le soutien des pouvoirs publics et des partenaires au développement.

C’est l’exemple d’une jeunesse qui, à partir d’une idée bien mûrie, apporte des solutions  simples et durables face aux difficultés locales auxquelles les populations sont en proie. 


Modéré par : Vincent Jay

Autres actualités dans "Information"

‘’Construction des cafés-lumière’’ : le nouveau projet d’électrification rurale par l’énergie solaire pour le REFELA-Cam

Publié le 13 sept. 2019 - 08:07

Après "Femmes et énergie durable" qui illumine aujourd’hui nombre de communes au Cameroun dirigées par des femmes maires, ces dernières sont de nouveau sur la piste d’un autre projet énergétique similaire. ‘’Construction des cafés (...)

5 recommandations de la CAM3A sur la fermeture, la réhabilitation et la restauration des mines au Cameroun

Publié le 31 août 2019 - 18:43

Au terme de l’atelier de restitution des résultats de sa récente enquête assortie d’une note de la politique du Cameroun, intitulée : «Examen de la fermeture de mines et la réhabilitation des sites : défi et recommandations», le 2 (...)

Le personnel de l’IRAD (Cameroun) outillé à la protection et la gestion des risques liés aux incendies

Publié le 26 août 2019 - 00:00

Au cours d’un atelier organisé à la Direction générale managée par le Dr Noé Woïn, le 06 août 2019 à Yaoundé (capitale politique du Cameroun), une trentaine d’employés de l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD (...)


  • Publié le 25 août 2014 - 08:22 GMT
    par Pierre Amougou|Réseau francophone de l'Innovation
    Vue 5665 fois






Autres actualités


CGU - Contact - Conception & Réalisation : CIRIDD © 2015