Gestion des ressources naturelles au Sénégal : Libre Afrique réunit les experts pour éviter la malédiction des hydrocarbures

  • par Amintata traoré
  • /
  • 2019-10-24 08:46:11
  • /
  • Réseau francophone de l'Innovation
  • /
  • 2036

Ce Samedi 05 Octobre 2019 s est tenue à la salle visioconférence de l’université Cheikh Anta Diop de DAKAR une table ronde sur le thème comment éviter la malédiction des ressources naturelles au Sénégal sur le chemin de l’émergence.Une occasion saisie par la structurée Libre Afrique d’engager la réflexion sur ce sujet important afin d’eviter au Sénégal une malédiction issue de ces importantes découvertes

« Il faut veiller  à une redistribution équitable des revenus tout en évitant le tout pétrole ou la tyrannie du pétrole par la diversification des autres secteurs d’activités à savoir l’agriculture, la pêche….a déclaré Monsieur Alioune Ndiaye conseiller technique du président de libre Afrique Sénégal .C’était à l’occasion d’une conférence organisée par sa structure à Dakar pour réfléchir sur le thème de la « malédiction » du pétrole que l’on constate dans certains pays africains qui ont découvert des gisements de gaz et de pétrole .Cette rencontre a réuni différents acteurs concernés par la question .

Sur les solutions concrètes pour que les retombées financières des ressources naturelles soit, d’une part, canalise vers le meilleur usage productif, et d’autres part profite réellement aux sénégalais pour une transformation économique et un développement durable.

Ils ont aussi disserté sur la forme de  régime politique pour mieux prévenir la malédiction des ressources naturelles et pour une bonne gestion des droits fonciers et sur les  ressources naturelles et transition de l’économie planifiée vers l’économie de marche et les modèles de développement et stratégie de croissance.

Au sortir de cette rencontre les recommandations suivantes ont été retenues en croisant les différentes interventions des experts:

-Veiller aux conséquences sur l’environnement tout en sachant que l’emprise des hommes sur les choses n a d autres bases que les arts et les sciences. Il faudra penser à la restauration pour éviter un dérèglement climatique.

-A défaut de pouvoir faire infléchir la nature du régime politique il faudra veiller a une inclusion globale dans l’élaboration des textes constitutionnels, législatifs, dans la création des décrets et des arrêtes d’application.

-Savoir aussi que la terre soulève toujours des passions et que celles-ci ne s’estompent guère et s’aiguisent à mesure que se précisent les politiques de mise en valeur. L’usage du fonciers doit être réglementé.

-Investir l’éducation et la formation pour s’offrir le maximum de garantis par le mythe de la perpétuation ce qui est en phase avec le plan Sénégal Emergent  dans son axe deux portant sur le développement du capital humain.


 Politiques publiques
 Education
 Transfert de technologie

Modérateur

  • Vincent Jay

    Responsable de projets

    Suivre
  • Dernière modération le 24/10/2019 - 09:13

    Auteur de la page

  • Amintata traoré

    Journaliste investigation

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Politiques publiques
     Education
     Transfert de technologie