Des innovations du CICC pour redynamiser et professionnaliser les filières cacao et café au Cameroun

En vue de faire de la cacaoculture et de la caféiculture des métiers ou professions à part entière au Cameroun, le Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café (CICC), créé le 12 juin 1991, a depuis quelques temps mis sur pied 9 programmes structurants, qui sont :

- New generation : c’est un programme qui vise l’insertion et l’encadrement des jeunes dont l’âge varie entre 18 et 35 ans, dans la production de cacao et du café de qualité. Ses objectifs sont : le rajeunissement de la force de production (l’âge moyen du producteur étant aujourd'hui de plus de 55 ans), la professionnalisation des jeunes producteurs, l’amélioration de la qualité, l’auto-emploi en milieu rural et l’accroissement de la productivité de la fève. New generation accompagne les jeunes pendant la période de formation (2 ans) dans les centres agricoles spécialisés (écoles rurales) et après formation, pendant 3 ans (par des appuis matériels et logistiques). D’après Omer Gatien Maledy, secrétaire exécutif du CICC, ce programme est une expérience, pour l’instant, unique dans le monde.

- PURC Café : le Programme d’Urgence pour la Relance Ciblée de la Caféiculture (PURC café) a été lancé à Nguelemendouka (à l’est du pays), le 29 janvier 2014. Le principal objectif de PURC café est de professionnaliser les producteurs, afin d’accroître significativement la quantité et la qualité des cafés (Arabica et robusta) au Cameroun. D’autant plus qu’au cours des 30 dernières années, le Cameroun est devenu un «miro-producteur de café en Afrique».

 - AOC : le programme d’Appui à l’Organisation de la Commercialisation vise (d’ici 2015) à renforcer les performances des producteurs dans la mise à marché, à travers une meilleure organisation des marchés.

 - CERTIF : le programme de Certification (CERTIF) dont la mise en œuvre a commencé avec l’élaboration des guides sectoriels d’autocontrôle pour les filières cacao et les cafés (arabica et robusta), vise à faire rattraper le retard dans ce domaine crucial pour la commercialisation de la fève sur le marché international. Car, à partir de 2020, seuls les produits certifiés seront admis dans les marchés traditionnels du cacao.

- BP : Le programme de promotion de Bonnes Pratiques (BP) se traduit par : des campagnes médiatiques de sensibilisation des opérateurs ; des interventions à travers des Écoles paysannes et autres programmes d’encadrement ; des séminaires et sessions de formation ; des voyages d’échanges, des causeries éducatives. Cette approche vise à améliorer la qualité du cacao, et à terme redorer le label Cameroun.

- AFIN : Le programme d’Accès des producteurs aux Financements (AFIN) donne l’accès aux producteurs (et plus tard aux autres opérateurs) aux crédits de campagne, afin d’abolir le phénomène de «coxage» (ou commerce frauduleux du cacao ou du café) et favoriser les investissements dans les deux filières. L’opérationnalisation de l’AFIN repose sur le Fonds de garantie mise sur pied par le CICC.

- TRANSFOL : le programme de développement et de Transformation Locale (TRANSFOL) vise à promouvoir des partenariats entre investisseurs et producteurs de cacao afin de permettre à ces derniers d’intégrer la chaîne de valeur et l’implantation des petites unités industrielles dans les zones rurales, en vue de rapprocher la transformation du cacao de son lieu de production.

- OC4 : l’Observatoire des Changements Climatiques dans les bassins de production de Cacao et de Café (OC4) est un outil qui vise à anticiper les évolutions du climat et de prendre les mesures qui s’imposent, tant du point de vue des techniques agricoles que des variétés résistantes à vulgariser. Il découle de la convention signée entre le CICC et l’Institut de Recherches Agronomiques pour le Développement (IRAD), le 31 août 2012.

- Festicacao-Festicoffee : ce sont deux foires promotionnelles du cacao et du café camerounais afin de gagner des parts de marché. Il s’agit également de promouvoir la production, la transformation et la consommation de ces produits qui présentent d’énormes vertus. C’est la principale vitrine du cacao (au mois de novembre) et du café (au mois de mai) camerounais et des acteurs du secteur d’activités.

Pierre Amougou


Modéré par : Vincent Jay

Autres actualités dans "Information"

Une première en Mauritanie: un programme télévisé d'entraînement aux sujets du BEPC national

Publié le 28 juil. 2019 - 23:07

En partenariat avec la télévision Sahel TV, l'établissement Votre compagnon à l'ère du numérique lance un programme télévisé d'entraînement aux sujets de mathématique du BEPC national. Il s'agit d'une plateforme d'apprentissage collab (...)

Une levée de fond de 5 millions d’euros pour le changement climatique au Sénégal

Publié le 26 juil. 2019 - 15:29

Le 23 juillet 2019, au Centre Internationale des Conférences Abdou Diouf de Diamniadio, La Banque Mondiale a décidé de s’engager au côté du Sénégal à travers le projet « Changement Climatique et Gestion Intégrée des Zones Côtières (...)

Cameroun : le gouvernement accentue la promotion des cultures de rente dans les régions du Grand-Nord et de l’Est du Cameroun

Publié le 19 juil. 2019 - 10:39

Dans l’objectif d’accroître considérablement les revenus des populations en zone rurale, booster la croissance économique et lutter contre la désertification dans les régions septentrionale et orientale du Cameroun, le président de (...)


  • Publié le 30 avril 2014 - 23:31 GMT
    par Pierre Amougou|Réseau francophone de l'Innovation
    Vue 1890 fois






Autres actualités


CGU - Contact - Conception & Réalisation : CIRIDD © 2015