5 recommandations des maires camerounais et experts pour l’accès à l’énergie durable en Afrique subsaharienne

Après échanges fructueux entre les maires du Cameroun et experts mobilisés, et présentation des outils capables d’aider les municipalités à bien développer leurs intentions et projets en matière d’accès à l’énergie durable et la lutte contre le réchauffement climatique, les principales recommandations qui en ont découlé sont :

- l’organisation d’au moins 100 délibérations d’ici la fin 2019 ;

- la réalisation d’au moins 100 diagnostics d’ici la fin 2019 ;

- la mise sur pied d’environ 25 plans d’action énergie et climat dans 25 municipalités d’ici la fin 2019 ;

- la poursuite de la mobilisation des financements (des municipalités, privés, des banques de développement…) autour de 250 millions d’euros à l’horizon 2020 pour la mise en œuvre du plan d’action dans les municipalités ; et

- la production (éventuellement), en recourant aux énergies renouvelables, d’environ 500 MW d’électricité dans les différentes municipalités, d’ici 2025.

Il ressort du conclave de trois jours à Yaoundé qui a vu la présence de Felice Zaccheo (représentant de la Commission européenne), Vincent N. Kitio (représentant de l’ONU-Habitat), 60 maires et experts nationaux et internationaux que le Cameroun est aux avant-postes, avec plus 30 adhésions volontaires à ce jour et plus de 100 pré-enregistrements.

Bien plus, certaines mairies s’activent déjà, sur fonds propres, à développer les diagnostics et même entamer le développement de leurs plans d’action sur la question énergétique et changement climatique. C’est une preuve à suffire que les gouvernants locaux ont véritablement pris conscience du phénomène du réchauffement climatique.

Et les maires entendent ainsi profiter des avantages qu’offre la Convention des maires de l’Afrique subsaharienne pour apporter les réponses appropriées au déficit criard d’énergie et aux menaces climatiques. Les participants se sont également appesantis sur la question du genre et de l’énergie. Non sans démontrer l’importance du rôle du genre dans la lutte contre le changement climatique et l’accès à l’énergie.

Il est à relever qu’au cours de cet atelier dont les travaux de clôture ont été présidés par la ministre de l’Habitat et du Développement urbain (MINHDU), Célestine Ketcha Courtès, 30 jeunes femmes ont bénéficié d’une formation pour la fabrication de kits solaires, lampadaires et foyers écologiques.


Modéré par : Redaction FINNOV

Autres actualités dans "Information"

Restauration de la mangrove sur le littorale de Boffa en République de Guinée

Publié le 07 nov. 2019 - 22:53

Le Réseau National de la Société Civile pour l’Environnement et le Développement Durable (ReNaSCEDD) avec l’appui de l’entreprise française Reforest’Action a planté 20 000 palétuviers dans les villages côtiers de la Commune rurale (...)

KUFANYA incubateur pour entrepreneurs migrants en Tunisie

Publié le 04 nov. 2019 - 08:39

ABL * KUFANYA INCUBATEUR Bonne nouvelle !Nous vous annonçons officiellement l'accord? entre l'OIM Tunisie - IOM Tunisia - et l'African Business Leaders relatif à l’exécution du projet " d'incubateur social pour entrepreneur migrant (...)

507 ingénieurs de travaux informatiques formés par l’IAI-Cameroun sur le marché du travail

Publié le 25 oct. 2019 - 22:44

Ces ingénieurs des travaux informatiques ont reçu leurs parchemins, le 25 octobre 2019 à Yaoundé. C’était au cours de la solennité de rentrée académique solennelle 2019-2020, placée sous le thème : «Intégration nationale et multicultu (...)


  • Publié le 05 mars 2019 - 00:00 GMT
    par Pierre Amougou|Réseau francophone de l'Innovation
    Vue 374 fois
 Innovation
 énergie
  climat
  maires
  Afrique subsaharienne
 






Autres actualités


CGU - Contact - Conception & Réalisation : CIRIDD © 2015