5 000 alevins de tilapia distribués aux aquaculteurs par l’IRAD au Cameroun

  • par Pierre Amougou
  • /
  • 2019-03-21 12:45:51
  • /
  • Réseau francophone de l'Innovation
  • /
  • 3165

Au terme de l’atelier de formation d’une centaine de pisciculteurs à la technologie innovante d’élevage en cage du poisson à Mbalmayo (centre-Cameroun) du 19 au 20 mars 2019, dans le cadre du programme Technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique (TAAT), volet aquaculture, l’Institut de développement agricole pour le développement (IRAD) que dirige Dr Noé Woïn a procédé à une distribution gratuite et solennelle de 5 000 alevins.

D’après le coordonnateur du programme TAAT, Dr Kingsley Etchu, le distributeur de cette manne le 20 mars 2019, au nom du DG de l’IRAD, «les alevins de tilapia remis aux producteurs vont permettre d’accroître la production du tilapia au Cameroun…», par le biais de l’élevage en cage et de la pratique de la réversion sexuelle qui ont fait l’objet de la formation. Il était assisté par le sous-directeur de l’aquaculture au ministère de l’Élevage, de la Pêche et des Industries animales (MINEPIA) et coordonnateur du Projet de promotion de l’entrepreneuriat aquacole (PPEA), Divine Ngala Tombuh, représentant personnel du ministre en charge de la Pêche...

Déjà le 19 mars 2019, au cours de la cérémonie de lancement des activités de l’atelier, le directeur général adjoint (DGA) de l’IRAD a rassuré que «Les producteurs d’alevins bénéficiaires seront effectivement suivis pour la collecte ultérieure des alevins produits pour les mettre à la disposition d’autres pisciculteurs, afin d’assurer la continuité et la durabilité du projet TAAT, volet aquaculture».

Et pour «des résultats réalistes, observables et mesurables», le DGA a prôné la collaboration et le dévouement de tous les bénéficiaires des alevins offerts. Ce d’autant plus que sept (Centre, Sud, Littoral, Est, Ouest, Nord-Ouest et Sud-Ouest) des dix régions du Cameroun sont concernées par ce projet qui vise à booster la production nationale du poisson et réduire à terme l’extrême importation de ce produit de grande consommation au Cameroun.

En plus des enseignements (théoriques et pratiques) dispensés sur la fabrication de la cage et la réversion sexuelle du tilapia (les femelles en mâles préférés pour leur avantage au grossissement), la gratification des alevins par les pouvoirs publics a été appréciée à sa juste valeur par les producteurs d’alevins bénéficiaires.

«Je tiens à remercier le gouvernement et les promoteurs du programme TAAT au Cameroun. L’élevage du tilapia à partir de la nouvelle technologie qui vient de nous être inculquée par les experts de l’IRAD va nous permettre d’accroître la production du tilapia et par conséquent sa consommation par les Camerounais. Car, jusqu’ici notre production en tilapia est très faible…», a déclaré Kingsley Tafili, le chef d’exploitation de CAP-FORT dans la localité de Mbalmayo (à 50 km de Yaoundé, la capitale).

En rappel, le programme TAAT soutenu par la Banque africaine de développement (BAD) et WorldFish a pour but de contribuer à mettre fin à l'extrême pauvreté d’Afrique, éliminer la faim et la malnutrition, rendre le continent gros exportateur de produits de base agricoles et valoriser ses principales chaînes de valeur agricoles.


 Transfert de technologie
 aquaculture en cage
  tilapia
  alevins
  formation
  producteurs
  TAAT
  IRAD
  BAD
  WorldFish
  Cameroun

Modérateur

  • Dernière modération le 02/04/2019 - 08:54

    Auteur de la page

  • Pierre Amougou

    Chef Desk Étranger et Environnement au bihedo La Météo à Yaoundé (Cameroun)

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Transfert de technologie
     aquaculture en cage
      tilapia
      alevins
      formation
      producteurs
      TAAT
      IRAD
      BAD
      WorldFish
      Cameroun